05.09.2018 Nouvelles

La fête paroissiale

La fête patronale de la paroisse orthodoxe de la Nativité de la Mère de Dieu sera célébrée le dimanche 9 septembre 2018 à Rue de la Floraison 35 B-1070 Anderlecht, avec la célébration de la Liturgie pontificale (vers 10h00).

Vous êtes les bienvenus pour célébrer ce moment de joie en communauté.

Ensuite, aura lieu une réception festive dans la salle Breughel où tous sont cordialement invités.

Rue de la Floraison 35
1070 Bruxelles

01.04.2018 Nouvelles

Dimanche des Rameaux

Quelques jours avant Sa crucifixion, Jésus organise son entrée à Jérusalem en envoyant deux disciples chercher à Bethphagé un ânon (selon saint Matthieu, Jésus précise que l’ânon se trouve avec sa mère l’ânesse, précision qui ne se retrouve pas dans les évangiles selon saint Marc et saint Luc). Il entre à Jérusalem sur une monture pour se manifester publiquement comme le messie que les juifs attendaient, mais c’est une monture modeste, comme l’avait annoncé le prophète pour montrer le caractère humble et pacifique de son règne.

Jésus Christ fait Son entrée triomphale à Jérusalem, étant reçu par des foules enthousiastes qui l’accueillent en déposant des vêtements sur son chemin et en agitant des branches de palmier coupées aux arbres (symbôle de la victoire), en l’acclammant comme le « fils de David », le Messie. Les textes qui font référence à cet évènement dans le Nouveau Testament sont Matthieu 21,1-11 ; Marc 11,1-11 ; Luc 19,28-44 et Jean 12,12-19.

Avec le Samedi de Lazare dont il est lié y compris du point de vue liturgique, le Dimanche des Rameaux annonce le passage de la période du Grand Carême (qui finit le soir du vendredi avant le Samedi de Lazare) à celle de la Semaine Sainte, Semaine de la Passion et de la Résurrection du Seigneur. Aux Matines on lit le passage de Matthieu 21, 1-11 ; durant la Liturgie, la lecture de l’Apôtre est tirée de l’Épître aux Philippiens (4, 4-9) et pour l’Évangile on lit le passage de Jean 12, 12-19. Ces passages comprennent l’etrée du Seigneur à Jérusalem et l’onction de Jésus à Béthanie par Marie, probablement la soeur de Lazare, celui que Jésus avait ressuscité, onction qui, elle aussi, annonce la Passion et la mort du Seigneur.

 

01.04.2018 Nouvelles

La Semaine Sainte

Wielki Tydzień / La Semaine Sainte

01/04 – niedziela / dimanche
19.00 – jutrznia wielkiego poniedziałku / matines du Céleste Epoux

02/04 – poniedziałek / lundi
19.00 – jutrznia wielkiego wtorku / matines du Céleste Epoux

03/04 – wtorek / mardi
19.00 – jutrznia wielkiej środy / matines du Céleste Epoux

04/04 – środa / mercredi
18.00 – obrzęd św. oleju / office de l’huile sainte
19.00 – jutrznia wielkiego czwartku / matines du jeudi saint

05/04 – czwartek / jeudi
19.00 – jutrznia wielkiego piątku z czytaniem 12 Ewangelii o męce / Office de la Passion (Lecture des douze Evangiles)

06/04 – piątek / vendredi
18.00 – wieczernia wielkiego piątku z wyniesieniem całunu / Vêpres de la mise au Tombeau
19.00 – jutrznia wielkiej soboty / matines du samedi saint

07/04 – sobota / samedi
9.00 – Liturgia wielkiej soboty. Po Liturgii poświęcenie pokarmów. / Liturgie de Saint Basile
23.30 – nabożeństwo paschalne. Po Liturgii poświęcenie pokarmów i wspólne śniadanie wielkanocne. / l’office de Pâques – matines et Liturgie de la Résurrection

08/04 – niedziela / dimanche
10.30 – paschalna wieczernia w katedrze Świętych Archaniołów / vêpres de la Résurrection en Μητροπολιτικός Ναός Ταξιαρχών Βρυξελλών /Cathédrale Orthodoxe des Archanges

07.03.2018 Nouvelles

Saint hiéromartyr Paul et sa presbytéra (matouchka) Jeanne

Saint hiéromartyr Paul et sa presbytéra (matouchka) Jeanne

Il naquit dans le village de Zablotce, dans la famille Szwajko. Après ses études générales, il entra au séminaire d’Ekaterinoslav (aujourd’hui en Russie) et en 1918, après ses études, il retourna vers son lieu de naissance. À l’âge de 30 ans, il épousa Jeanne Lototska, âgée 24 ans à l’église de Saint-Nicolas du village de Gaje Levitinskie, dans le comté de Cremieniètsk, d’où venait son épouse,. Elle était, pour l’époque, bien éduquée, ayant étudié dans une école d’économie et de commerce. Unis par le mystère du mariage, ils créèrent une famille chrétienne exemplaire, une «église familiale » et portèrent les fardeaux de la vie familiale en s’aidant l’un l’autre.

Après leur mariage, ils se consacrèrent à l’Eglise orthodoxe, et en 1924, il fut ordonné diacre et presbytre (prêtre) à l’église de Sainte Marie Madleine à Varsovie par le Métropolite Denis de Varsovie. Sa presbytera le suivit et l’aida dans son travail spirituel. La première paroisse du Père Paul était dans la village de Potok Górny du comté de Bilgorai.

À la fin de 1927, l’autorité en charge, l’envoya dans le sud de la Pologne, dans l’éparchie de Lemkovotsizna. Là, il continua son travail pastoral avec le même zèle et de nombreux anciens uniates, parmi eux Lemkonv, regagnèrent leur foi ancestrale, l’Orthodoxie. Dans son diocèse, il servit dans les villages de Świątkowa et Desznica du comté de Jasło.

Quand la persécution de l’Eglise Orthodoxe s’étendit à l’éparchie de Khelm, en 1938, le Père Paul avec sa femme (il avait alors 44 ans) a été envoyé là-bas et a pris en charge la paroisse de la village de Śniatycze, dans le comté de Zamość. En ces temps difficiles, où les catholiques romains forçaient les orthodoxes à se convertir, le Père Paul les renforçait pour qu’ils restent orthodoxes.

A la fin de la Seconde Guerre mondiale, il continua dans la même éparchie au service de diverses paroisses, tout en vivant dans le village de Śniatycze. L’environnement était hostile envers l’Orthodoxie et lui-même avec sa femme souffrit plusieurs fois de persécutions, ainsi que de passages à tabac, de vols de leurs biens et de menaces, mais malgré tout cela, il resta ferme dans son service.

Enfin, en 1943, il fut envoyé par son autorité ecclésiastique au village de Grabowiec de la même éparchie, où l’hostilité avait atteint son apogée, en raison de son zèle pieux. Alors les rebelles le jour de la Dormition de la Vierge Marie, le saisirent, lui et sa femme et les soumirent à une horrible torture et finalement les tuèrent.

06.03.2018 Nouvelles

L’accueil des relics des saint martyrs de Pologne

Le dimanche 11 mars, nous accueillerons des reliques de saints martyrs de Pologne. Nous espérons vous voir nombreux, réunis pour célébrer les saints martyrs.

Le dimanche 11 mars,
9h00 – matines
10h00 – Divine Liturgie présidée par Son Eminence le Métropolite Athenagoras de Belgique.

06.03.2018 Nouvelles

Saint Basile Martysz

Le saint martyr Basile est né dans le diocèse béni par Dieu de Khelm, dans le village de Teratin au 19ème siècle. Il descendait de la famille Martysz, fiers orthodoxes, son père Alexandre était juge et il devint plus tard prêtre. Le jeune Basile grandit dans une atmosphère pieuse et orthodoxe et il étudia au séminaire de Khelm.

Après avoir obtenu son diplôme, il se maria et à l’âge de 26 ans, il entra dans le sacerdoce. Plus tard, il fut envoyé par son autorité ecclésiastique comme hiérapôtre (prêtre-apôtre) en Alaska, où il offrit ses services sacerdotaux, officiant surtout aux îles Afognak et Kodiak. Il s’acquitta de ses devoirs sacerdotaux avec labeur et dévouement et sous la juridiction spirituelle de l’Eglise russe, servant également à différentes périodes en Pennsylvanie aux États-Unis et au Canada.

Après son retour dans son pays en 1912, il fut nommé prêtre officiant de la paroisse orthodoxe de la ville de Sosnovièts (sud de la Pologne). Lorsque la 1ère guerre mondiale commença, il se trouvait dans un état de persécution et il fut forcé de devenir réfugié avec sa famille en Russie, où finalement il se retrouva à Moscou au monastère de saint Andronique. Il servit partout où il se trouvait, et il travailla également comme ouvrier manuel pour soutenir sa famille. Après la fin de la guerre, il retourna à la ville de Sosnoviets et à sa paroisse.

Parallèlement à ses fonctions paroissiales, il essaya d’obtenir un permis pour servir en tant qu’aumônier militaire pour les soldats orthodoxes de l’armée polonaise. En 1921, il réussit à être en charge comme confesseur de l’armée, recevant en fait la position de protopresbytre (archiprêtre). Se trouvant dans cette position pendant quinze ans, il offrit son travail acharné et le labeur de ses services, résolvant et surmontant les problèmes et les difficultés suscités par les hétérodoxes et ceux qui avaient des agendas politiques. Il travailla aussi avec les premiers archevêques de Varsovie et de toute la Pologne Georges et Denys et, en prenant également part au processus de déclaration de l’Eglise autocéphale polonaise, sous le Patriarcat Œcuménique.

Après sa retraite, il retourna à son lieu de naissance Teratin, avec sa famille et il y passa les années difficiles de la 2ème guerre mondiale au cours de laquelle allemand et rebelles – les armées polonaises – traversèrent la région de Khelm, en faisant plus particulièrement du mal au peuple orthodoxe.

Quand la guerre s’est terminée et que la paix est revenue, l’activité et la haine des rebelles polonais a augmenté envers les habitants orthodoxes locaux et puis a commencé exactement à ce moment-là le Golgotha martyrique du père Basile âgé. Sa maison fut perquisitionnée à plusieurs reprises, il fut menacé et terrorisé, jusques à ce que, en 1945, le Vendredi saint, ils encerclent sa maison et le torturent en le pressant de renier l’Orthodoxie. Il resta cependant stable dans sa foi, il reçut la couronne du martyre et donna sa vie pour la sainte foi de l’Église Orthodoxe du Christ.

Il fut enterré à Teratin et en 1963, on transféra ses reliques à Varsovie au cimetière orthodoxe et plus tard en 2003, quand il fut question de le glorifier, elles furent prélevées et placées dans un reliquaire au cimetière de l’église paroissiale de Saint Jean Climaque à Varsovie.

03.02.2018 Nouvelles

Visite de Mgr Job de Telemessos

Le 4 février nous aurons la visite de Mgr Job de Telemessos.

9h00 – matines

10h00 – Liturgie pontificale

14.11.2017 Nouvelles

Le Carême (l’Avent) de la Nativité et la fête du saint Apôtre Philippe

Dans l’Église (Orthodoxe), la période de Noël –> Sainte Rencontre (Épiphanie) commence par une période de jeûne de 40 jours qui commence en la fête du “saint et hautement loué Apôtre Philippe.” C’est pour cela que le Carême de Noël est parfois appelé le “jeûne de Philippe” (1).
Bien que la coïncidence entre la fête de l’Apôtre Philippe et le début du jeûne de la Nativité soit accidentelle, humainement parlant, les yeux de la Foi peuvent voir en cela une certaine providence de Dieu.
Selon l’Évangile de saint Jean, Philippe est un des premiers Apôtres appelés par Jésus. Le lendemain de l’appel d’André et d’un autre des disciples de saint Jean le Baptiste, qui, puisqu’il n’est pas nommé, est selon toute probabilité l’Apôtre Jean lui-même, Philippe se voit appeler par le Seigneur. Comme André qui, une fois appelé, partit chercher son frère Simon Pierre, Philippe part et appelle son ami Nathanaël. Le récit nous est rapporté ainsi dans l’Évangile : “Le lendemain, Jésus avait l’intention de Se rendre en Galilée. Il rencontre Philippe et lui dit: ‘Suis-Moi.’ Philippe était de Bethsaïde, la ville
d’André et de Pierre. Philippe rencontre Nathanaël et lui dit: ‘Nous avons trouvé Celui dont Moïse a parlé dans la Loi, et qu’ont annoncé les prophètes: c’est Jésus, le fils de Joseph, de Nazareth.’ Nathanaël lui répondit: ‘Peut-il sortir de Nazareth quelque chose de bon?’ Philippe lui répondit: ‘Viens voir.’ Jésus, voyant Nathanaël venir à Lui, dit: ‘Voici un véritable Israélite, en qui il n’y a point de tromperie.’ ‘Nathanaël Lui dit: ‘D’où me connais-Tu?’ – ‘Avant que Philippe t’appelât, répondit Jésus, quand tu étais sous le figuier, Je t’ai vu.’ Nathanaël reprit: ‘Maître, Tu es le Fils de Dieu, Tu es le roi d’Israël.’ Jésus lui répondit: ‘Parce que Je t’ai dit que Je t’avais vu sous le figuier, tu crois! Tu verras de plus grandes choses encore.’ Et Il ajouta: ‘En vérité, en vérité Je vous le dis, vous verrez le ciel ouvert, et les Anges de Dieu monter et descendre au-dessus du Fils de l’Homme” (Jn 1,43-51).
Le récit est typique de l’Évangile de saint Jean. Les gens rencontre d’abord l’homme “Jésus de Nazareth, fils de Joseph.” Ils Le rencontrent comme homme, comme “celui dont Moïse a parlé dans la Loi, ainsi que les prophètes.” Ensuite, ils approfondissent.
Ce qu’ils en viennent à voir, c’est que cet homme n’est pas simplement le prophète et maître promis; Il est l’Oint, le Christ, le Messie, le Roi d’Israël. Il est le Fils de Dieu. Oui, Il est Dieu Lui-même sous forme humaine. Le schéma utilisé par saint Jean dans son Évangile est toujours le même. Nous le voyons dans les récits du paralytique à la piscine, avec la Samaritaine au puits, avec le garçon aveugle-né, les retrouvailles de Marie et Marthe avec Jésus à la tombe de Lazare. La séquence des événements est identique. C’est une séquence nécessaire, non seulement historiquement, mais aussi spirituellement et mystiquement. Nous devons d’abord voir arriver l’homme Jésus. Nous devons apprendre à Le connaître comme un véritable être humain, bien concret, un Juif, un rabbin, un prophète. Nous devons Le voir comme l’enfant de Marie, le fils du charpentier, le Nazoréen. Puis ensuite, dans cette rencontre, lorsque nos yeux sont ouverts et que nos coeurs sont purs, alors nous pouvons en venir à voir “de plus grandes choses encore.”
Nous pouvons en arriver à Le connaître non pas comme un simple enseignant, mais comme l’Enseignant, le Docteur; non pas simplement comme un prophète, mais Le Prophète. Nous pouvons en arriver à Le connaître non pas simplement comme le fils d’homme, mais comme le Fils de l’Homme prédit par le prophète Daniel (2). Nous pouvons en venir à Le voir non pas simplement comme un fils de Dieu, mais comme le Fils de Dieu, engendré par le Père avant tous les siècles (3). Nous pouvons en venir à Le reconnaître comme étant le Verbe de Dieu incarné, comme l’Image de Dieu sous une forme humaine (4). Et pour finir, nous pouvons en venir à Le voir comme étant Dieu Lui-même; non pas le Père, mais le Fils du Père, divin, partageant la divinité même du Père, envoyé au monde pour son Salut (5).
La première étape sur le chemin de la Pâques d’Hiver, c’est la rencontre avec l’homme Jésus. Nous sommes invités avec Philippe et les disciples : “venez et voyez.” Si nous voulons venir et nous voulons voir, alors ça se fera. Comme les premiers disciples, nous verrons “des choses plus grandes encore” que ce que nous avions attendu. Nous verrons “le ciel s’ouvrir et les Anges de Dieu monter et descendre au-dessus du Fils de l’Homme.” Nous verrons Jésus comme notre Maître, et nous Lui crierons : “Rabbi, Tu es le Fils de Dieu! Tu es le Roi d’Israël!” Et nous en viendrons à Le connaître comme Celui et ce qu’Il est vraiment. Mais pour cela, nous devons d’abord venir. Car si nous décidons de ne pas venir, alors nous ne verrons jamais.

Ô Philippe, toi qui a vu Dieu,
Sous l’inspiration divine et l’instruction du Saint Esprit,
Tu as fait résonner au loin le céleste Évangile du Sauveur,
Et l’a proclamé au monde avec une voix de feu.
Tu a brûlé toute fausseté comme de l’herbe sèche brûle et n’est plus que cendres.
Et dans tout l’univers, tu as prêché l’Évangile du Seigneur Christ Qui est le Maître de tout.
Comme Moïse dans l’ancien Testament,
Tu fus instruit par une divine progression;
Désirant voir Dieu spirituellement,
Tu vis Son Image.
Tu reçus le Fils comme Connaissance et Témoignage du Père,
Car Ils sont connus pour être Un, l’Unité que tous adorent:
Un Royaume, à qui Puissance, Gloire et Adoration.
O nouvelle merveille,
Plus grande que toutes les anciennes merveilles,
Car qui a pu un jour connaître une mère n’ayant pas eu d’époux
Et cependant donnant naissance à un Enfant
Et portant en ses bras Celui qui tient toute la Création?
Cet Enfant est la bonne volonté de Dieu!
L’ayant porté en tes bras alors qu’Il était un enfant, Ô Toute Pure,
Et ayant l’audace d’une mère devant Lui,
Intercède toujours auprès de Lui pour ceux qui te vénèrent,
Afin que nos âmes puissent recevoir abondante miséricorde et être sauvées!
(6)

(Extrait de “The Winter Pascha” par le protopresbytre Thomas Hopko, SVS Press, 1984, pp. 12-15)

1. La fête de l’Apôtre Philippe est célébrée le 14 novembre. L’Église Orthodoxe [dans son rite oriental; ndt] n’utilise traditionnellement pas le terme “Avent” pour le Carême de Noël. Cependant, le terme est excellent, appartenant à la tradition de l’Église [orthodoxe] en Occident. Il signifie simplement “Venue.”
2. Matines de la Fête
3. cfr Héb. 1; Jn 1,17-18.
4. cfr Jn 1,1-18; Phil 2,6-11; Col 1,15-20; Héb 1,1-3. Les traductions modernes ne rendent pas souvent de manière exacte les termes utilisés dans le texte canonique grec.
5. cfr Jn 1,1, 20,18; Phil 2,6; Heb 1,8. C’est ce qui est développé théologiquement et affirmé avec force dans le Crédo Nicéen.
6. Vêpres de la fête de l’Apôtre Philippe

23.08.2017 Nouvelles

Couleurs de l’orthodoxie. La Pologne – invitation

L’ouverture de l’exposition vendredi le 8 septembre à 19h00
dans la Paroisse Orthodoxe Polonaise, Rue de la Floraison 35 1070 Bruxelles

L’exposition est ouverte aux visiteurs
10.09.2017-16.09.2017 (18h00 – 21h00)

Lors de l’ouverture de l’exposition, chantera le Chœur de chambre portant le nom de Bogdan Onisimowicz sous la direction de Dr Marcin Abijski.

Plus de 200 photos prises par 57 photographes nous emmènent au voyage coloré montrant les couleurs de l’orthodoxie en Pologne vue à travers les lentilles photo et les coeurs des photographes. Vous pouvez voir des églises, des coutumes religieuses, des personnalités colorées et respectées liées à la foi orthodoxe: le clergé et les croyants.

ORTHPHOTO est un projet unique à l’internet créé par des photographes amateurs et des professionnels qui désirent partager leurs photos représentant la beauté de l’orthodoxie à travers le monde. Grâce à ces images, nous avons l’occasion de voir des endroits lesquels peut – être nous ne visiterons jamais en personne – ainsi que les endroits déjà connus – nous pouvons les découvrir à nouveau en les regardant avec les yeux des autres. ORTHPHOTO nous permet d’expérimenter la diversité et la richesse de l’orthodoxie et nous inspire à mieux le connaître.

ORTHPHOTO contient plus de 85 000 images provenant de plus de 80 pays: du Brésil à la Chine et de la Sibérie à l’Ouganda. Le service est également disponible en 11 langues.

Zrzut ekranu 2017-08-23 o 09.09.17

17.07.2017 Nouvelles

Fête paroissiale – invitation

La fête patronale de la paroisse orthodoxe de la Nativité de la Mère de Dieu sera célébrée le dimanche 10 septembre 2017 à Rue de la Floraison 35 B-1070 Anderlecht, avec la célébration des Matines (9h00) et la Liturgie pontificale (vers 10h00). La Liturgie sera présidée par Son Eminence le Métropolite Athénagoras de Belgique et Exarque des Pays-Bas et du Luxembourg. Vous êtes les bienvenus pour célébrer ce moment de joie en communauté. Ensuite, aura lieu une réception festive dans la salle Breughel où tous sont cordialement invités.

*

Parochiefeest van de Geboorte van de Moeder Gods wordt gevierd op zondag 10 september 2017 in de Bloeistraat 35 B-1070 Anderlecht, met de viering van Metten (9u00) en Pontificale Liturgie (c.a. 10u00). De Eredienst wordt geleid door Zijne Eminentie Athenagoras, Metropoliet van België, Exarch van Nederland en Luxemburg. We nodigen U, Uw familie en al Uw vrienden en kennissen van harte uit op dit feest in de Orthodoxe parochie van de Geboorte van de Moeder Gods. Nadien volgt er een feestelijke receptie in de Breughelzaal.

*

Ἱερᾷ Πανήγυρις ἐνορίας τοῦ Γενεθλιου τῆς Θεοτόκου Anderlecht

Ἡ Ἱερᾷ Πανήγυρις τῆς ἐνορίας τοῦ Γενεθλίου τῆς Θεοτόκου Anderlecht-Neerpede θὰ τελεσθῇ τὴν Κυριακή 4 Σεπτεμβρίου 2016, μὲ Ἀρχιερατική Θεία Λειτουργία προεξάρχοντος τοῦ Σεβασμιωτάτου Ποιμενάρχου μας, Μητροπολίτου Βελγίου καὶ Ἐξάρχου Κάτω Χωρῶν καὶ Λουξεμβούργου κ. Ἀθηναγόρου.

09:00 – Όρθρος

10:00 – Ἀρχιερατική Θεία Λειτουργία

Μετά τη λειτουργία θα ακολουθήσει δεξίωση.

Διεύθυνση: Rue de la Floraison 35, 1070 Bruxelles

wde-crop